Avenant 4 : des négociations de plus en plus tendues

Après avoir rappelé à plusieurs reprises les quatre points prioritaires qui conditionnaient la poursuite des négociations, l’ONSSF a obtenu la validation de deux mesures essentielles : la majoration de 2€ pour le C, MSF, portant le montant de la consultation à 25€ et la création d’une consultation de contraception et de prévention pour jeune fille de 15 à 18 ans tarifée à 46€.

Malgré l’évolution de certaines mesures tarifaires de la CNAMTS devant notre contestation, il reste encore de trop nombreuses revendications non abouties par rapport à notre projet initial.

Ceci a empêché la signature de l’avenant lors de la réunion du 11 décembre, aboutissant à la programmation d’une réunion supplémentaire le 23 janvier 2018.

A ce jour, alors que l’UNCAM refuse une revalorisation de la lettre-clé SF par principe, aucune revalorisation n’est prévue pour les actes de Préparation à la Naissance et à la Parentalité, de rééducation périnéale, ni pour les indemnités kilométriques, les consultations longues et complexes, ou les majorations d’urgence, férié et nuit. Aucune de nos propositions concernant l’accompagnement global à la naissance et la pratique des accouchements en libéral n’a été entendue.

L’ONSSF a décidé de ne rien lâcher et de poursuivre les négociations mais nous avons besoin du soutien actif de toutes les sages-femmes.

Le boycott de toutes les sorties précoces de maternité reste notre principal moyen de pression, et nous vous appelons à le poursuivre, tant que nous n’aurons pas abouti à un accord acceptable pour les deux parties.

La CNAMTS feint de ne pas voir les économies engendrées par la réduction des durées moyennes de séjour grâce aux sages-femmes libérales qui prendront le relais auprès des femmes et de leurs bébés.

L’UNCAM a augmenté des budgets pour d’autres professions de santé, c’est de sa responsabilité de négocier une enveloppe supplémentaire pour les sages-femmes.

Ce climat tendu laisse présager de sévères difficultés pour voir aboutir nos revendications pourtant légitimes.

L’ONSSF appelle à des assemblées générales en région, dès le mois de janvier, en présence de représentants nationaux ONSSF afin de faire un état des lieux et de décider des mobilisations à venir.